Refus d’embarquement sur un vol Swiss Airlines ? Que faire ?

Créée en 2002, la compagnie aérienne suisse Swiss Airlines,  dessert une centaine de destinations dans le monde entier depuis son hub, qui se trouvent à l’aéroport international de Zurich.

Dans le cas d’un surbooking, Il arrive parfois que la compagnie soit dans l’obligation de refuser l’embarquement à quelques passagers, ce qui leur donne le droit à une réclamation à l’indemnisation selon le règlement 261/2004, qui assure une compensation financière ainsi qu’une prise en charge aux voyageurs dans le cas d’un refus d’embarquement involontaire.

 

Le droit à l’indemnisation en cas de refus d’embarquement :

Dans le langage de l’industrie aéronautique, le surbooking ou la surréservation est un vol « survendu », qui ne dispose pas de sièges pour chaque ticket vendu. Une situation qui donne un avantage aux compagnies aériennes qui peuvent vendre plus de billets qu’ils n’ont de sièges, pour éviter les vols avec des sièges non occupés, dans le cas d’une absence de passagers qui ont réservé pour ce vol. Mais qui ne l’est pas pour les passagers, puisse que ces derniers peuvent être refusés à l’embarquement.

Dan ce cas, la compagnie cherche avant tout des volontaires qui accepteront d’échanger leurs réservations contre certains services, ou au besoin, elle peut refuser l’embarquement à quelques passagers. Une situation qui leur donne le droit à une indemnisation allant jusqu’à 600 €.

Lorsque le vol est refusé par la compagnie aérienne Swiss pour ses passagers, ils peuvent prétendre à une indemnisation financière, tant que le vol se passe dans l’espace aérien européen, ou qu’il décolle d’un aéroport européen, d’Islande, de Norvège ou de Suisse, selon le règlement de l’Union Européenne 261/2004.

Le montant de l’indemnisation ne dépend pas du prix du billet d’avion mais seulement de la distance du vol :

  • Indemnisation concernant les vols de jusqu’à 1500 km: 250 €
  • Indemnisation pour les vols entre 1500 km et 3500 km (valable pour tout vol intracommunautaire de plus de 1500 km): 400 €
  • Indemnisation pour les vols dont la distance est supérieure à 3500 km: 600 €

 

L’assistance :

Le règlement européen 261/2004 oblige la compagnie aérienne en cas de refus d’embarquement, à prendre en charge ses passagers, en leur offrant :

  • Des rafraichissements, repas, communications gratuites (2 appels ou emails).
  • L’hébergement au besoin
  • Le transport pour y accéder.

Si la compagnie n’est pas en mesure d’apporter une prise en charge à ses passagers, elle doit leur rembourser les frais engagés par cette attente à l’aéroport.

Selon le règlement européen, le passager dont l’embarquement a été refusé a droit aussi à renoncer à son vol. Il a aussi le droit de choisir entre le remboursement de son billet ou de se faire réacheminé vers un vol de remplacement ou un autre moyen de transport proposé par la compagnie. Et cela n’annule en aucun cas son droit à l’indemnisation financière.