Royal Air Maroc : Réclamation pour Surbooking

Perdre sa place en avion ? Réclamer une indemnité compensatoire

Le surbooking des vols ? Cette pratique commerciale que privilège les transporteurs aériens pour augmenter leurs revenus sur chacun de leurs vols peut impacter les passagers.

En effet, la surréservation des vols est pourtant autorisée par la loi, elle fait toujours polémique ! Aucun passager n’accepte l’idée d’attribuer son siège à un autre, même si cela lui permet de s’offrir des privilèges sur le prochain vol.

 

Vol surbooké par la RAM :

Un avion surbooké est celui qui est rempli pourtant de passagers, et dehors, on constate que d’autres voyageurs disposent de cartes d’embarquement valides, leur donnant droit à l’embarquement dans le même appareil.

Il est parfois facile de gérer le surbooking tant dis que les choses deviennent compliquées lorsque le passager n’accepte pas l’idée de céder son siège peu importe les privilèges qui lui soit accordés par la compagnie aérienne.

Pour faire face à cette situation, le transporteur aérien se voit obligé de recourir au tirage au sort. Des passagers sont choisis et sélectionner au hasard pour descendre de l’avion, et c’est l’idée qui ne plait à personne !

 

Les droits des passagers aériens :

Les victimes de cette pratique ou bien les passagers surbookés sont acheminés vers un autre avion, exploité par la compagnie aérienne elle-même pour desservir la même destination. Toutefois, cette opération de transfert peut nécessiter beaucoup de temps.

Le vol de remplacement ne décolle parfois qu’après cinq ou six heures, et c’est pour cette raison notamment que les vols peuvent revendiquer une compensation. Des négociations peuvent être entamées entre le passager et sa compagnie aérienne pour lui pousser à renoncer à sa réservation. Celles-ci sont effectuées hors la loi et le règlement européen en vigueur, le passager est par conséquent autorisé à demander à sa compagnie aérienne de lui fournir une indemnité suivant les règles du texte législatif européen.

Dans le cas de surréservation, c’est-à-dire lorsqu’il y a des billets vendus plus que de sièges disponibles en avion, l’indemnité est déterminée en fonction du trajet kilométrique réalisé en avion

Pour les passagers, le surbooking les fait attendre pendant plusieurs heures additionnelles à l’aéroport. Selon la loi, le retard provoqué est attribuable à la compagnie aérienne. Les passagers méritent ainsi d’être dédommagés selon la distance que doit parcourir leur avion entre les aéroports de départ et d’arrivée. Vol de :

-1500km : 250euros

+1500km : 400 euros

+3500km : 600 euros

Pourvu que Royal Air Maroc soit le seul responsable de cette situation, elle ne peut invoquer un cas de force majeure (en faisant croire à ses passagers que le retard est dû à une intempérie).

 

Demander de l’aide à des spécialistes de l’indemnisation

Il reste néanmoins utile de faire appel à des juristes pour la réparation de son litige avec la compagnie aérienne.  Ces experts ont les capacités d’accélérer les démarches qui conduisent les passagers lésés à l’obtention de leur dédommagement.