Finnair : Le refus d’embarquement

En activité depuis 1923, Finnair, est le porte-drapeau de la Finlande, dont le siège se trouve à Vantaa, d’où elle propose sans interruption des vols vers le monde entier.

Comme dans toute autre compagnie, il arrive parfois que la compagnie soit dans l’obligation de refuser l’embarquement à quelques passagers à la suite d’une surréservation qu’elle a causé, ce qui donne le droit à ces derniers à une réclamation à l’indemnisation selon le règlement 261/2004, qui assure une compensation financière ainsi qu’une prise en charge aux voyageurs dans ce cas.

 

Le droit à l’indemnisation en cas de surbooking :

Lorsque le vol est refusé aux passagers par une compagnie aérienne européenne comme pour Finnair, suite à un vol surbooké, une réclamation à l’indemnisation financière peut être faite par les victimes, tant que le vol décolle et/ou arrive d’un aéroport européen.

Avant de refuser des passagers à l’embarquement, le transporteur est tenu de faire préalablement appel aux passagers qui accepteraient de renoncer à leurs réservations contre certains avantages. Si nécessaire Finnair refuse l’embarquement à certains passagers contre leurs grès, ce qui leur donne le droit à l’indemnisation selon le règlement 261/2004.

Le voyageur dont l’embarquement a été refusé peut prétendre à une indemnisation allant jusqu’à 600 €, même s’il a bénéficié du remboursement de son billet d’avion. Dont le montant est :

  • Indemnisation concernant les vols de jusqu’à 1500 km: 250 €
  • Indemnisation pour les vols entre 1500 km et 3500 km (valable pour tout vol intracommunautaire de plus de 1500 km): 400 €
  • Indemnisation pour les vols dont la distance est supérieure à 3500 km: 600 €

 

La prise en charge par Finnair à l’aéroport :

L’assistance :

La prise en charge des passagers victimes d’un surbooking est obligation pour la compagnie aérienne finnair, pour le temps d’attente à l’aéroport comme en cas d’annulation et de retard de vol, et ceci comprend : des rafraichissements, repas, communications gratuites (2 appels ou emails)

Si le vol est reporté jusqu’au lendemain, la compagnie se doit d’offrir l’hébergement à ses passagers ainsi que le transport pour y aller.

La compagnie doit rembourser les frais engagés par les passagers qui ont subi une attente à l’aéroport, si elle n’est pas en mesure d’apporter une prise en charge.

 

Le remboursement OU le réacheminement :

Le passager dont l’embarquement a été refusé a droit à renoncer à son vol, ce qui oblige la compagnie à le rembourser.

Il a aussi le droit de choisir de continuer sur un vol de remplacement ou un autre moyen de transport proposé par la compagnie.